Publié le

Qu’est-ce qui vous nourrit ?

Neuntelstein Alt.971 mètres

Qu’est-ce qui vous nourrit ?

Voilà une question (une colle ?) que j’aime poser aux personnes que je suis en naturopathie.

C’est un point de départ à la connaissance et à la conscience de soi.

Je ne parle pas là de la seule nourriture que l’on ingère et qui concerne un pilier entier de la naturopathie. Je parle de ce qui nourrit votre mental, vos émotions, votre être le plus profond. Qu’est-ce qui fait battre votre cœur un peu plus fort, qu’est-ce qui vous fait vibrer, qu’est-ce qui vous fait vous sentir vivant?

Pour quoi êtes-vous fait en réalité ? Quel est votre élément ?

Les choses, les personnes, les actions qui vous nourrissent vous épanouissent, vous remplissent de joie, de gratitude, de confiance en vous. Vous pouvez trouver en ces choses un apaisement ou un regain d’énergie. Une énergie positive; de celle qui vous fait croire en la Vie et vous fait déplacer des montagnes.

C’est être là, ici et maintenant, exactement là où vous devriez être. C’est être en accord avec soi-même et tout ce qui vous entoure.

Et ça peut prendre toutes les formes possibles.

 

Et l’inverse ?

Quand on se prête à l’exercice de savoir ce qui nous nourrit, je trouve qu’il est aussi intéressant et important d’identifier ce qui, à l’inverse, nous pompe notre énergie.

Pour notre bien-être, je pense qu’il est même capital de les identifier, ces choses qui ne matchent pas avec nos valeurs, nos aspirations dans la vie, nos envies, nos besoins.

Trop de personnes se nient, s’oublient, enclenchent le pilote automatique.

Parfois faute de mieux, parfois parce que pris dans le flot de la vie, on oublie qu’on a le pouvoir, parfois par habitude, parfois parce qu’on s’est oublié au détour du chemin.

Il y a autant de raisons que d’individus.

Or, on vit avant tout avec soi-même et se nier n’est pas une bonne chose – autant pour vous que pour vos proches.

Alors osez dire NON. Ne niez pas ce que vous êtes au plus profond de vous même. Accueillez vos envies, vos besoins, vos idées.

NON ce travail ne m’épanouit pas (plus). NON merci mais ce soir je préfère rester chez moi. NON je ne préfère plus voir telle ou telle personne qui me fait plus de mal que de bien.

Dire OUI à soi-même, à ses émotions, à son corps.

Ce n’est pas de l’égoïsme, c’est de l’honnêteté et de la bienveillance envers soi-même. Et ça évolue tout au long de votre vie.

Et moi, qu’est-ce qui me nourrit ?

La randonnée.

Comme je l’ai fait hier, comme je l’ai fait la semaine dernière, et comme je le ferai encore d’ici quelques jours.

La randonnée, la forêt et la montagne.

L’énergie de la Nature.

Quand je suis arrivée vers le Hohwald hier, j’ai pris une grande respiration, et j’ai souri.

Vous voyez le petit logo de recharge qui s’affiche sur l’écran de votre téléphone portable dès lors que vous le branchez ? Il s’allume dans toutes les cellules de mon corps sitôt que je suis dans cet élément.

Voilà ce qui me nourrit; le calme, la grandeur, la puissance de la nature. La beauté d’un chemin de randonnée. Le champ des possibles d’un panneau de balisages du Club Vosgien. L’orage qui nous surprend à peine au bout d’un kilomètre, les gens que l’on salue brièvement sur le chemin. La salade de tomates qui a fait beaucoup de jus et qui se renverse au fond du sac. Les pause pipi derrière un arbre.

Ce chemin bordé de jeunes sapins sur lequel j’ai ressenti une incroyable énergie, de celle qui vous fait tout oublier et qui vous laisse juste dans le corps un immense sentiment de gratitude et de force.

Que la Vie est belle.

Que l’Alsace est belle.

Je ne m’en lasse pas; on commence à bien connaître les chemins de randonnées autour du Mont Sainte-Odile ♥ et du Champ du Feu.

On parle des auberges, des kiosques et des abris du Club Vosgien comme des bars et des magasins du centre ville. Le Mur Païen, le kiosque Jadelot et le chemin des bornes entre autres sont des lieux familiers.

Je sais relier à pied et de mémoire Obernai au Mont Sainte-Odile, l’auberge de la Rothlach au Hohwald, le domaine de la Léonardsau à Bernardswiller en passant par Saint-Nabor, et tant d’autres. Je m’amuse parfois dans ma tête à créer des itinéraires en fonction de ceux que je connais déjà si je devais relier tel lieu à tel autre.

On aimerait maintenant mieux découvrir la Haute Vallée de la Bruche, c’est le versant qui permet de Fouday au Champ du Feu; les paysages y sont magnifiques et font davantage penser aux alpages que le versant qui vient d’Obernai et Sainte-Odile.

C’est un univers à part, un monde dans le monde.

Maison Forestière Welschbruch; point de départ de ma randonnée d’hier

 

Une réflexion au sujet de « Qu’est-ce qui vous nourrit ? »

  1. […] derniers jours, comme je suis en vacances, je randonne beaucoup. Comme dit dans mon dernier billet, mon coin de prédilection se trouve autour du Mont Sainte-Odile. Dimanche, nous pique-niquions […]

Répondre à Randonnée au Climont et à la Clairière du Hang – Art de vivre Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *