Publié le

Le film “28 jours” et partage autour de la féminité

Capture d’écran You tube

“C’est pas l’histoire d’un malheur, c’est l’histoire d’un pouvoir, qu’on peut reconquérir”

Elise Thibaut, auteur de “Ceci est mon sang”

28 jours, c’est un film documentaire d’une demie-heure, dispo sur Youtube, écrit et réalisé par Angèle Marrey.

Le pitch?

Redorer le blason du cycle féminin et des règles.

A travers des illustrations, des animations et des témoignages sans filtres, le film tend à dé-diaboliser les règles et invite les femmes à (re) devenir maîtresses de leur corps et à en être fières. Pourquoi se cacherait-on quand on a nos règles ? (parce que la société nous invite fortement à le faire peut-être ?!).

Pour celles (et elles sont nombreuses) (et pour cause, nous l’apprend-on jamais vraiment ?) qui ne savent pas exactement ce qui se passe dans leur corps au cours de leur cycle , le film commence par une animation ludique pour reprendre les bases du fonctionnement de nos ovaires, de l’utérus, des hormones sécrétées lors des différentes phases de notre cycle.

Puis s’en suivent des interventions variées; j’ai notamment été ravie de voir intervenir Marion Thelliez, une consoeure naturopathe à Paris qui travaille beaucoup autour de la féminité.

Le film aborde les problématiques/thématiques suivantes :

  • les règles dans les religions : juives, musulmanes, chrétiennes
  • comment les femmes sont passées de déesses à êtres impurs
  • le tabou des règles et du sexe féminin
  • mais en fait, d’où vient la douleur des règles ?
  • l’endométriose* et la normalisation de la douleur
  • le coût des protections hygiéniques
  • le flux instinctif libre **

* prolifération dans les organes génitaux (mais pas que, on apprend dans le documentaire que ça peut même atteindre les yeux chez certaines femmes) de fragments de tissu de l’endomètre (qui tapisse la cavité utérine) provoquant des lésions des organes touchés

** “technique” qui consiste à être à l’écoute de son corps et de sentir lorsqu’un écoulement de sang va se produire, pour ainsi naturellement le faire s’écouler dans les toilettes, ce qui dispense de protections hygiéniques (Dieu que je déteste ce terme!!)

Habituellement, je n’aime pas regarder des vidéos sur Youtube. Ça m’ennuie très vite!

En tant que femme et naturopathe, j’ai évidemment été passionnée par ce mini film et je crois que c’est un formidable outil pédagogique autant pour les jeunes filles que pour les hommes / de sensibilisation (pour le public cité précédemment) / d’aide à la ré-appropriation de leur corps pour les femmes qui ne sont pas à l’aise avec leur cycle et/ou leurs menstruations.

capture d’écran you tube

Au risque d’énoncer des évidences, nous sommes dans une société dans laquelle les règles sont perçues comme quelque chose de sale, de tabou, de trop intime pour être évoqué librement. Tellement que comme je le disais précédemment, de nombreuses femmes ne savent pas en quoi consiste le premier jour de leur cycle, ne savent pas concrètement comment agit leur contraception sur leur corps pour celles qui en prennent une ou encore sont un peu perdues lorsqu’elles veulent avoir un enfant (quoi? On n’ovule pas toutes à J14?!) (on m’aurait menti?) (Je crois bien que oui.)

J’ai la sensation que les femmes sont tenues par la main tout au long de la vie, pour qu’ainsi elles n’aient pas à trop se poser de questions.

On ne nous apprend pas (plus) à vivre connectée à notre corps. On ne nous apprend pas comment il fonctionne. Tout est généralisé et stéréoptypé.

Dès l’adolescence, on nous invite à emprunter des chemins tout tracés tout au long de notre vie de femme. Personne ne nous aide à faire nos propres choix, et à se découvrir en tant que femme; pas nos mères car elles ont suivi le même chemin que nous, pas les gynécologues car ils n’ont pas le temps et ce n’est parfois pas dans leur intérêt, pas nos prof de SVT car les cours sont généraux et je ne sais pas vous, mais moi à 15 ans, j’avais encore un peu de mal à comprendre certaines choses.

Donc, tu prendras la pilule que ta gynéco te prescrit à l’aube de tes premières relations sexuelles, tu te bourreras tous les mois de paracétamol quand tu auras des règles douloureuses, tu subiras une médicalisation de ta grossesse et de ton accouchement et tu feras bien tout ce que le corps médical t’enjoint à faire et à l’aube de la ménopause, tu continueras à bouffer des hormones pour rester jeune et fraîche.

Et je noircis à peine le tableau.

STOP!!

Et si on se réveillait ?

Et si on (re) prenait possession de notre corps? Si on apprenait à le connaître ? Si on en avait plus honte ? Si on se confrontait à lui pour finalement en faire un allié et non quelque chose qui nous échappe et que l’on subit ?

Je sens que certaines sourient gentiment derrière leur écran et m’imaginent en féministe qui vient de se réveiller. Je sais que ce discours n’est pas récent, et pour autant il y a encore tant à faire, preuve que ce discours n’est pas vain!

Les mentalités évoluent

Grâce à une prise de conscience générale due selon moi à deux facteurs :

  • les divers scandales pharmaceutiques dont ceux autour de la pilule contraceptive
  • le développement ces dernières années de la naturopathie et d’une remise en question générale de nos modes de vie

+ le développement de la parole des femmes sur les blogs et Youtube, les mentalités évoluent.

En partageant leurs ressentis, leurs attentes et leurs problématiques, les femmes se rendent compte qu’elles vivent toutes la même chose.

Combien sommes-nous à avoir arrêté de prendre la pilule pour notre mieux-être ? Combien sommes-nous à avoir dit STOP aux tampons et autres protections mensuelles douteuses au profit de la cup menstruelle voire du flux instinctif libre ?

Combien sommes-nous à lire les livres de Camille Sfez et d’autres auteurs qui écrivent autour du féminin sacré et sauvage? A nous rendre à des cercles de femmes ?

Combien sommes-nous maintenant, en 2018, à choisir et agir, plutôt que subir ?

Aujourd’hui, en tant que femme et naturopathe, j’ai envie de sensibiliser mes sœurs, de les inviter à prendre le pouvoir de leur corps, d’avoir confiance en elles et en leurs choix pour vivre épanouie.

La conclusion de la naturopathe

La naturopathie est un merveilleux outil pour les femmes – à tous les stades de la vie – car elle s’attache à aller à la cause des choses et à comprendre le fonctionnement du corps.

Accompagner une jeune fille lors de ses premiers cycles, travailler sur un syndrome pré-menstruel, accompagner une femme à tous les stades de la grossesse de la conception au post accouchement, conseiller une femme lors de la ménopause, les naturopathes ont les outils pour cela, à travers notamment les trois piliers de la naturopathie :

  • l’alimentation
  • la gestion des émotions
  • le mouvement & la respiration

De par mon métier initial – esthéticienne – le féminin me passionne et en tant que naturopathe, c’est vers l’accompagnement au féminin que j’ai envie de me spécialiser (d’où ma volonté de me former à être doula comme expliqué récemment sur Instagram).

La conclusion de la femme

Ce n’est qu’à 28 ans que j’ai décidé de prendre le pouvoir sur mon corps, j’en ai aujourd’hui 30. Oh, cela ne s’est pas fait du jour au lendemain ni sur un coup de tête.

Quelques lectures choisies, une prise de conscience, une profonde reconnexion à mon corps – qui certains jours a été mon ennemi, il ne faut pas se mentir – et aujourd’hui, je pense pouvoir dire que ça y est, lui et moi on avance main dans la main. Il sait faire. Il est plein de ressources, il est puissant et magique.

Quelques conseils lecture pour aller plus loin…

  • Pour s’initier au féminin sacré, lisez “La puissance du féminin” de Camille Sfez
  • Pour de beaux partages autour de la sororité, suivez Marion Thelliez sur Instagram
  • Pour vivre une féminité plus spirituelle et notamment avec les influences de la Lune, suivez Aurore Widmer

Il y a le livre “La tente rouge” d’Anita Diamant qui est également passionnant car il traite de la Sororité – avec un grand S! Je ne l’ai pas encore lu, je ne peux donc pas vous en parler davantage.

Si vous souhaitez partager des lectures, des sites ou des noms de femmes qui vous inspirent, n’hésitez pas, les commentaires sont ouverts!

 

Avec toute ma sororité,

Mélanie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *