Publié le

Le film “28 jours” et partage autour de la féminité

Capture d’écran You tube

“C’est pas l’histoire d’un malheur, c’est l’histoire d’un pouvoir, qu’on peut reconquérir”

Elise Thibaut, auteur de “Ceci est mon sang”

28 jours, c’est un film documentaire d’une demie-heure, dispo sur Youtube, écrit et réalisé par Angèle Marrey.

Le pitch?

Redorer le blason du cycle féminin et des règles.

A travers des illustrations, des animations et des témoignages sans filtres, le film tend à dé-diaboliser les règles et invite les femmes à (re) devenir maîtresses de leur corps et à en être fières. Pourquoi se cacherait-on quand on a nos règles ? (parce que la société nous invite fortement à le faire peut-être ?!).

Pour celles (et elles sont nombreuses) (et pour cause, nous l’apprend-on jamais vraiment ?) qui ne savent pas exactement ce qui se passe dans leur corps au cours de leur cycle , le film commence par une animation ludique pour reprendre les bases du fonctionnement de nos ovaires, de l’utérus, des hormones sécrétées lors des différentes phases de notre cycle.

Puis s’en suivent des interventions variées; j’ai notamment été ravie de voir intervenir Marion Thelliez, une consoeure naturopathe à Paris qui travaille beaucoup autour de la féminité.

Le film aborde les problématiques/thématiques suivantes :

  • les règles dans les religions : juives, musulmanes, chrétiennes
  • comment les femmes sont passées de déesses à êtres impurs
  • le tabou des règles et du sexe féminin
  • mais en fait, d’où vient la douleur des règles ?
  • l’endométriose* et la normalisation de la douleur
  • le coût des protections hygiéniques
  • le flux instinctif libre **

* prolifération dans les organes génitaux (mais pas que, on apprend dans le documentaire que ça peut même atteindre les yeux chez certaines femmes) de fragments de tissu de l’endomètre (qui tapisse la cavité utérine) provoquant des lésions des organes touchés

** “technique” qui consiste à être à l’écoute de son corps et de sentir lorsqu’un écoulement de sang va se produire, pour ainsi naturellement le faire s’écouler dans les toilettes, ce qui dispense de protections hygiéniques (Dieu que je déteste ce terme!!)

Habituellement, je n’aime pas regarder des vidéos sur Youtube. Ça m’ennuie très vite!

Continuer la lecture de Le film “28 jours” et partage autour de la féminité